Dis-moi ?


Derrière le grand-père, le jardin, de son fils. Son fils, le père du petit-fils. Qui n’est pas très grand. Le jardin. Et à cet endroit là, il y aura aussi, un géant (…) De l’autre côté de l’étang, un champs avec des barbelés. Un champs de bouses de vaches et de vaches debout. Rouge. Les vaches. Boueux. Le champs. Et entre la terre et le ciel, l’horizon. Au-dessus de l’horizon, un escalier magique…

of 30 mars

 Note d’intention

Je – humain – cherche à comprendre comment vivre.
Je – conteur – me dois de transmettre.
Je – papa – cherche mon utilité.

Gilles - Pirate de Pan Loup

Le Géant dit : « Tiens ! Une fleur qui vole. »

Et si l’enfant ? Vierge un peu encore du cadre sociétal, avait des choses à nous apprendre ? A nous adultes qui aimons, malgré nous, croire que nous savons tout ?

Alors peut-être que dans leurs histoires simples, la parole sera juste et pleine de philosophie. Alors peut être que leurs regards sur la vie mis en relief par la parole contée nous amènera à prendre le temps de recevoir. Alors peut-être que leur vision de la mort, de la solitude, de nos choix d’adultes et de nos trajectoires de vie va nous guider.

L’une des histoires est un cadre. Elle est construite en flash back. Elle rejoint le questionnement du conteur.

Une autre est centrale. Elle raconte la finalité, l’intention du spectacle.

Une encore est témoin, sous forme de chœur antique, elle pose son regard aiguisé sur la scène.

Elles se déroulent sur le temps d’une journée. A l’exception d’une balade onirique.

Les histoires sont parfois des contes merveilleux et parfois des récits de vie, voyage initiatique ou dialogue philosophique.

Genèse

Gilles - Pirate de Pan Loup

« On est seul mais notre peur est partagée. »

Parce que le travail de terrain est long et passionnant : la chronologie des événements est la plus simple des explications, des élucubrations de l’imaginaire.

L’interrogation sur la place des histoires dans l’univers des enfants et le message qu’elles véhiculent date de la création du spectacle tout public et tout terrain Même pas peur !, « Spectacle d’improvisations contées, musicales, interactives et funambulesques » en 2009.

Depuis, dans des écoles, des médiathèques et des festivals à l’occasion d’ateliers ou de spectacles, s’est mise en place une récolte de trésors. La parole contée est un outil qui permet d’accéder facilement à une expression culturelle. Les enfants savent s’en saisir. Leur imaginaire prend forme et s’exprime dans leurs propres histoires, porteuses de messages.

Le pôle culturel des Coëvrons accueille trois hivers durant sur son plateau ce projet, qui relève le défi de restituer l’âme des enfants au travers des histoires et de respecter leur parole et leur imaginaire.

Le face à face avec les enfants s’enrichit d’un regard et d’une oreille extérieurs : Jean-Yves Boucher (paysan-confiturier, conteur à ses heures perdues-gagnées) prêtera son cœur à ce projet pendant les trois hivers 2014/2015/2016, durant trois mois, une à deux fois par semaine.

Chacune des histoires est un bijou qu’il faut prendre le temps d’écouter, dans une époque trop pressée pour ne serait-ce qu’entendre ce que l’autre a à nous dire.

Que nous racontent ces histoires ? Le conteur et son complice s’agenouillent pour mieux entendre, comme le ferait un père avec son enfant. Ce sont les premiers balbutiements.

Mais les histoires résonnent en écho. Elles dialoguent.

L’hiver suivant, retour au plateau dans lequel le conteur « allume » toutes les histoires dans l’espace. Chacune possède sa propre lumière mais une fois toutes les histoires allumées, elles s’éclairent les unes les autres. Cet hiver-là permet de révéler comment et à quels moments, elles peuvent se rencontrer, se frôler. Comme des étincelles qui s’embrasent les unes après les autres. Toutes ensembles, elles brillent d’un éclat plus grand.

Hiver 2015/2016, l’écriture du spectacle touche à sa fin. Rendre aux enfants ce qu’ils ont offert et leur permettre d’être acteurs du spectacle : interpréter les chœurs et jouer la musique, la composer.

L’histoire / La fable

La création entremêle les personnages et les histoires :

Une chienne qui se remémore des instants de sa vie, au seuil de sa mort.

Le carpe diem d’une fleur éprise de liberté qui cherche à s’affranchir de sa terre natale.

Le dialogue philosophique d’un grand-père et de son petit-fils, les deux extrémités de la vie qui se rejoignent.

Le voyage initiatique d’un père devenu célibataire, comment il trouve la paix grâce au voyage et à son enfant.

Un chevalier qui se bat contre ses propres chimères et découvre les couleurs de la vie.

Des enfants qui rêvent, leurs corps sont en sommeil, ils cherchent du réconfort dans une solitude endormie.

Partenaires

Compagnie des arbres et des hommes.

Le Kiosque, Mayenne.

Le Conseil Départemental de Mayenne (en cours).

La Région des Pays de la Loire (en cours).

Créavenir (en cours).